Analyse de cernes

Les plantes ligneuses à croissance secondaire de la zone climatique tempérée forment suite à l’interruption hivernale de la période de végétation chaque année une couche de bois distincte qu’on appelle cerne annuel. Ainsi, on peut en déterminer leur âge facilement en comptant les cernes annuels.

Selon l’essence, les cernes se laissent différencier plus ou moins clairement de par leur structure interne. En règle générale, des cellules de bois à grand lumen et à paroi mince (bois de printemps ou initial) qui servent principalement à la conduite de la sève brute seront formées au début de la période de végétation (avril-mai). A la fin de la période de végétation (juillet-septembre), par contre, il se forment des cellules plus petites et à parois épaisses (bois d’été ou final) qui ont plutôt une fonction de stabilité. C’est pourquoi la plupart des cernes annuels montre une structure, où des zones claires de bois de printemps et des zones plus foncées de bois d’été se succèdent alternativement. C’est le cas principalement du bois de conifères (par exemple épicéa, sapin, pin) et des essences feuillues à pores comme le chêne, le frêne ou l’orme.

Pour les essences feuillues à pores diffus comme l’érable, le hêtre ou le marronnier, une structure de cerne n’est pas toujours différenciée et une identification des cernes en est dès lors compliquée. Dans les cas extrèmes, on ne peut distinguer les cernes annuels distinctement qu’à l’aide d’une analyse microscopique. Pour cela, des coupes transversales préparées par poncement fin ou des coupes microscopiques seront nécessaires.

La largeur des cernes annuels dépend de plusieurs facteurs de croissance. Des facteurs climatiques comme le rayonnement solaire, les précipitations et la température de même que des facteurs de site comme la disponibilité en eau et sels nutritifs influencent sous la participation d’hormones de croissance le développement des plantes. Ainsi, des cernes larges seront formés sous des conditions de croissances optimales et, inversément, des cernes étroits seront formés sous conditions moins favorables. A l’aide d’une courbe de largeur de cernes, on peut dès lors identifier et dater des évènements qui ont influencé la croissance d’un arbre. Par une analyse de cernes, on peut reconstruire l’anamnèse des plantes ligneuses.

Suite à une transplantation culturale ou à une plantation, les arbres subissent un chock de plantation, ce qui conduit à la formation de cernes plus étroits pendant les périodes de végétation suivantes. Ceci est dû à la perte ou au dommage de racines lors des travaux de plantations. On peut dès lors distinguer clairement les années de transplantation ou de plantation dans une courbe de largeur de cernes.
 


 


Par une analyse de cernes, on peut également dater avec précision une blessure infligée à un arbre. Il suffit pour cela d’identifier et de compter les cernes qui ont été formés par la suite dans le bourrelet de recouvrement de la plaie.